Thiriarweg (Sentier Thiriar)

Sans le moindre doute, c'est sûrement le petit sentier le plus reposant du quartier Dumont. Fort peu de Pannois connaissent le " professeur Jules Thiriar ". Mais les touristes Wallons et certainement ceux de la région de Charleroi (Saint-Vaast) connaissent ce nom comme étant celui de leur illustre chirurgien, qui fut simultanément le médecin personnel du roi Léopold II. Sa villa "Star" (actuellement détruite) se situait ici au sommet de la dune.

A gauche vous pouvez voir la jolie petite villa "Diane" laquelle, nonobstant un bombardement, fut restaurée à la perfection. En face se situe la villa "Bella Stock". Lorsque Henri Conscience, à la Route de Furnes, écrivit en 1861 son livre réputé "Bella Stock, tableaux de la vie des pêcheurs flamands" , il ne s'imagina probablement pas qu'un jour une villa porterait ici le titre de son livre .
Derrière cette villa nous voyons au sommet de la dune l'imposante villa "Beau Séjour" de Madame Ghysbrecht (descendante du propriétaire de l' "Hôtel du Kursaal"). A tout moment vous pouvez repérer de loin cette villa, où que vous soyez dans les dunes de La Panne, et la localiser par rapport au drapeau y flottant tout au long de l'année, et même violemment lorsque la tempête fait rage (si Madame Ghysbrecht n'est pas en vacances). Les créneaux de la tour symbolisent la victoire de l'homme sur l'aridité du climat marin des dunes, au début du vingtième siècle. Entre-temps les arbres ont bien poussé et les petites pièces d'eau avec cascades se sont taries. Il est à espérer qu'un jour tout cela soit remis en état de marche. Dans le bas il existe un puits couvert, pour l'alimentation en eau. Philippe Dumont, petit-fils de François Dumont, a vécu ici de façon permanente de 1919 à 1930. (même en hiver). Lorsqu'il arriva ici il avait alors 5 ans et a passé son cycle d'études primaires à l' "Institut Pannois" dirigé par le directeur Verzeele.
En 1979 il a écrit son merveilleux livre : "La Panne. Chronique d'un temps perdu" . Une copie de ce livre (voir la page de couverture ci-dessus à droite) se trouve à la bibliothèque communale et cette littérature s'impose à tous ceux qui sont désireux de vivre l'atmosphère des années vingt du "beau monde" à La Panne. Il y raconte notamment comment sa mère et les 4 servantes devaient pomper l'eau du puits pour la monter ensuite dans des cruches :".Beau Séjour n'était pas le confort ! Il fallait dans les premiers temps, descendre la dune pour aller pomper l'eau dans une sorte de petite tour de garde, à toiture conique faite comme la villa en belles briques jaunes du pays. C'était l'occupation de ma mère et des servantes qui s'appelaient Pharaïlde, Godelieve, Fintje ou Zénobie, que de remonter des cruches d'eau. Je ne puis que frémir encore en y pensant . Quel travail de Sisyphe que ces cruches d'eau ! Que de peines, que de fatigue ! Pauvre mère. Certains vieux Messieurs me disaient alors "votre mère est une sainte, mon enfant.".
Il est notamment impossible d'aspirer l'eau depuis le haut de la dune se situant à environ 23 mètres au-dessus du niveau de la mer à marée basse (maximum 10 mètres). Ses récits concernant les nombreuses festivités estivales sont bien écrits également.

Passé la crête des dunes, côté Avenue de la Mer, se situe la villa "Casa di Ruffo" dont Jacques Dumont fut l'architecte. A l'origine cette villa s'appelait "Les Clématites".
Plus tard le poète francophone renommé Victor Kinon , originaire de Tirlemont (1873 - 1953), se fixa ici en 1939 dans le but de jouir de sa retraite et de la nature. (d'où une Avenue Kinon à La Panne)

Nous revenons sur nos pas et remontons le sympathique petit sentier en direction du centre du quartier Dumont. Un endroit idéal pour planter des arbustes odoriférants. Pas de vent, reposant, romantique et pourtant incroyablement proche du tourisme trépidant. Une réserve pour chauve-souris a été aménagée ici dans les caves désertées et froides au sous-sol de la villa "Star". (voir explications sur place, apposées sur le puits d'eau)  

A gauche se situent une paire de coquets cottages où nous nous arrêtons pour écouter les explications concernant le projet d'un quartier de jardins et concernant l'architecture des cottages (e.a. la villa Footshill où la loggia débute à une certaine distance au-dessus du niveau du jardin afin d'éviter l'humidité ascendante provenant du sol).
Comme tout est beau quand même à La Panne !

 
Rue Suivante
Suivre
1/3/08