Square Koning Albert (Place Roi Albert)

Nous atteignons maintenant la plus jolie placette du quartier (anciennement "Square Bonzel" avant la première guerre mondiale). En raison de la proximité de la Digue de Mer il y eut ici nombre de modernisations et de démolitions. Néanmoins cela reste une placette paisible et normalement exempte de toute circulation automobile, et offrant pas mal de possibilités.
L'architecte-urbaniste Albert Dumont souhaita, sur ses plans d'urbanisme , attirer le touriste à partir de la promenade de la Digue de Mer vers le quartier de villas via 3 pénétrations.
1. le square Bonzel (actuellement Place Roi Albert): à partir de la Digue de Mer jusqu'à l'extrémité de la Place avec de chaque côté de pittoresques petites villas accolées et à l'extrémité elle-même 2 grandes parcelles destinées à la construction de villas majestueuses pour attirer le touriste depuis la Digue vers le lotissement (pension de famille "Martha", actuellement "Le Chien Vert"). La placette elle-même était aménagée en jardinet, où les enfants pouvaient jouer également. La belle statue grecque "Nikè" (signifiant "victoire" en grec) en bronze est l'œuvre du sculpteur Pannois renommé Beernaert. "Netje slekke" (signifiant "limace" en dialecte local) du "Café des Sports", une belle dame (et maîtresse de Maurice Calmeyn) aurait posé comme modèle.

2. la Rue des Oyats (nom traduit erronément en "Halmenstraat" au lieu de "Helmenstraat"), jouxtant l'ancien Casino. C'était une rue fort riche avec en apothéose à l'extrémité le complexe "Bouquet des Dunes". Ici aussi il prévoyait initialement une zone de constructions accolées dans la Rue des Oyats, côté Boulevard de Dunkerque. Ultérieurement ce projet a évolué vers 2 splendides villas "Chantecler" et "Tennis" formant le coin de chaque côté de la rue et constituant pour ainsi dire la porte de cette rue afin d'attirer les promeneurs.
3. le triangle Avenue des Pêcheurs (Visserslaan), Avenue des Hautes Dunes (Hogeduinenlaan), Avenue Bortier (Bortierlaan) deviendrait une zone très ouverte de cottages ne comprenant que 5 parcelles pour des villas majestueuses (13 actuellement). L'architecte Albert Dumont lui-même y a construit, à la place d'honneur avec vue sur la mer, sa grande villa " L'Oiseau Bleu " (à l'emplacement de l'actuel hôtel Iris). En effet, les boiseries étaient peintes en bleu clair en harmonie avec l'emblème familial. Ailleurs tout au long de l'Avenue des Hautes Dunes et de l'Avenue des Pêcheurs 4 parcelles pour constructions accolées étaient prévues également, en vue d'une transition entre la Digue de Mer et le quartier de cottages.

Immédiatement à droite nous voyons la triple habitation "Marthe", actuellement hôtel-café-restaurant "Le Chien Vert". Cela vaut la peine de comparer les façades latérales figurant sur les vieilles cartes postales et la situation actuelle. Tout (sauf les volets en bois) est toujours présent ! Les lucarnes à toit saillant sont couronnées d'un faîtage du type "peigne" en terre cuite, joliment travaillé. Mais . à restaurer de toute urgence ! La peinture blanche, la lourde marquise, et les peupliers de la construction récente sont réellement gênants. Dommage que le colombage décoratif soit lourdement chargé de peinture. La villa fut construite au début des années 1900 pour 3 sours par Joseph Viérin, architecte réputé (le nom d'origine porté par l'une des sours, Martha, est encore toujours indiqué en relief sur la façade mais est surchargé de peinture). Ultérieurement dénommé "Chalet de la Bienvenue" et actuellement "Chalet du Chien Vert" (d'après un restaurant renommé à Bruxelles durant l'Exposition Universelle de 1938).
Celui qui souhaite jouir encore du temps de la gloire doit assurément entrer un jour et demander, à Serge ou à Catherine, à visiter la "chambre n°1". La petite salle à manger aussi est d'une intimité fort agréable, et a été repeinte et rafraîchie intégralement récemment. (il faut déguster également une bière "Pierre Kloeffe" !)

Nous remarquons une restauration fort réussie pour 3 habitations accolées. A l'origine il s'agissait de 3 villas semblables dont les 2 extrêmes présentaient une loggia en forme de trapèze. Ultérieurement cette avancée fut enlevée afin d'y aménager une large vitrine pour un magasin d'électricité. (façade bleue sur la photo de droite). En 2005 le propriétaire Fernand Rossey a fait reconstruire ladite loggia de telle façon que cette villa est plus jolie actuellement que celle toujours d'origine du côté gauche.
De l'autre côté de la Place nous voyons également la preuve de ce qui est possible grâce à la restauration. Ces 2 fort vieilles habitations accolées, à gauche la villa "Marguerite" et à droite la villa "Claire" (architecte ?) étaient encore identiques il y a quelques années mais toutes deux assez délabrées (photo de droite). Heureusement la façade de la villa "Marguerite" fut débarrassée de sa peinture et les boiseries furent joliment repeintes. Le résultat est ici nettement visible !
Du côté opposé nous pouvons voir quelques villas, subsistant encore, de cette placette autrefois tellement jolie. Tout d'abord la villa "Lujany". A côté la villa " Linette", peinte dans les tons "aigues-marines", restaurée en 2003 de façon fort positive. (année de construction et architecte inconnus). A droite nous avons les villas jumelées bien photogéniques "Les Argousiers" et "Les Églantines". Les deux manifestement l'ouvre de l'architecte Georges Hobé . Fort beau mobilier à l'intérieur

En face, à l'angle du Boulevard de Dunkerque nous avons un complexe joliment représentatif. Les façades-rideaux en schiste sont particulièrement marquants.
Dans le bas encore 3 belles photos du Sentier de la Voile (Zeilweg) (anciennement Rue Bonzel), reliant la Place Albert à la Digue de Mer, et qui fut autrefois la plus belle "rampe" (la dénomination "rampe" est utilisée dans le langage courant pour désigner toute rue reliant les Boulevards de Nieuport et de Dunkerque à la Digue de Mer) . Le nom d'origine était Rue Bonzel d'après l'entrepreneur du quartier : à l'origine il y avait donc en enfilade l'Avenue Bonzel, le Square Bonzel, et la Rue Bonzel. L'architecte Albert Dumont voulait que cette vue depuis la Digue de Mer vers le quartier résidentiel puisse attirer les promeneurs pour aller déambuler dans le quartier.

1/3/08