Duinkerkelaan (Boulevard de Dunkerque)
A l'angle du Boulevard de Dunkerque nous passons devant le bel "Hôtel du Sablon" (Art Déco), avec actuellement au rez-de-chaussée le restaurant renommé "Flore". Une extension fut réalisée ultérieurement en ajoutant la partie formant l'angle à la partie existante. Les plans furent établis par l'architecte Oscar Vermeesch de La Panne (auparavant il existait une plaquette nominative, en ciment, à son nom, apposée à la porte d'entrée de la partie construite en premier lieu, mais celle-ci disparut lors de la transformation intérieure de l'hôtel en appartements il y a quelques années).
Nous nous trouvons maintenant dans le Boulevard de Dunkerque assez bien fréquenté. Le côté de la mer ne fait pas partie de la zone protégée et par conséquent fut reconstruit en grande partie. Du côté du Quartier Dumont subsistent encore quelques constructions remarquables.
Tout d'abord nous passons devant le salon de coiffure "Di Athos", notamment l'ancien cinéma "Vieux Bruxelles" (auparavant un restaurant du même nom) . Seul immeuble de style néo-baroque dans le quartier Dumont. De jolis motifs réalisés en briques posées en arête de poisson dans un ensemble de pierre naturelle.
Un peu plus loin, nous passons devant le restaurant "Rubensstee" (ancien "Hôtel Rubens") et nous atteignons la Rue des Oyats (Halmenstraat) dans laquelle nous nous engageons. Cette rue autrefois fort riche avait comme but la présentation de l'un des 3 panoramas d'observation au départ de la Digue de Mer. Cette rue comprenant de luxueuses villas à toute proximité des courts de tennis jouxtant le Casino sur la Digue de Mer était flanquée de 2 superbes villas "Dumont", notamment la villa "Tennis" qui a subi des transformations (actuellement au rez-de-chaussée un magasin de vêtements) et la villa "Chantecler" (actuellement une agence immobilière) existant toujours telle quelle.


La dernière villa est l'un des meilleurs exemples pour commenter les spécificités de style de l'architecte Albert Dumont. La plupart du temps la base d'un projet "Albert Dumont" est constitué d'une figure géométrique (rectangle) où diverses découpes ou ajoutes se font par la suite (généralement aux angles); d'où résultent un aspect irrégulier, peu de vues frontales, une multiplication des façades. C'est réellement une invitation à se promener tout autour de la construction, et cela augmente d'ailleurs le nombre de points de vue pour l'habitant. Quant à cette villa-ci l'on remarque les diverses techniques utilisées, des contreforts, des angles coupés, une entrée couverte, et des loggias d'angle. Également des toitures en encorbellement assez important. Dommage que la balustrade en métal à l'entrée ne soit pas remplacée par une balustrade en bois.
En face se situait le Casino "Art Déco" avec courts de tennis attenants, le tout délimité par la Digue de Mer, la Rue des Oyats (Halmenstraat), le Boulevard de Dunkerque (Duinkerkelaan), et le Sentier Suzanne (Suzanneweg).

Un peu plus loin à gauche l' "Hôtel Carlton". Manifestement une nette influence "Art Déco". Belle balustrade décorative au deuxième étage. Au premier étage entre les deux loggias il y a un balcon avec une balustrade en fer forgé mais assez difficilement visible à cause de l'avancée (terrasse fermée). Sautant aux yeux également, la corniche fortement en saillie et surmontée de 4 tourelles d'angle. L'entrée du côté de la façade latérale gauche a été bouchée.

Là où il y a actuellement un restaurant il y avait auparavant la fort imposante villa "L'Enclos". Mais malheureusement négligemment peinte en blanc, et la façade sérieusement modifiée de sorte que la villa a perdu beaucoup de sa splendeur d'antan. A droite il y avait une belle galerie-terrasse se terminant au niveau de la terrasse principale au-dessus de l'entrée principale. Cette terrasse était l'élément central, accentué par 2 grands contreforts. A voir la photo, la villa était peinte en blanc également déjà à l'époque

A l'endroit où se situe actuellement l'hôtel "Iris" il existait autrefois la fort belle villa " L'Oiseau Bleu". (dénomination désignant le logo familial, un oiseau en bleu clair ; toutes les boiseries étaient peintes en bleu clair également). C'était l'un des endroits les plus privilégiés de tout le quartier : vue sur la mer, villa isolée à 4 façades, et à l'écart de cette Digue de Mer à la vie trépidante.
Par conséquent il était logique que l'architecte Albert Dumont vint habiter la villa dès 1903 (depuis ses 50 ans jusqu'à son décès à l'âge de 67 ans). A l'avant, à la balustrade de sa terrasse, il accrochait des maximes variées telles que par exemple "rien n'est plus illogique que l'architecture rationnelle" ; tout comme il le faisait en néerlandais également comme par exemple "Oost West Thuis Best" (ce qui revient à dire qu'on aille à l'Est ou à l'Ouest, on se sent toujours mieux chez soi à la maison).
Dans ses plans d'urbanisme initiaux l'architecte Albert Dumont avait mis en évidence le triangle formé par l'Avenue des Pêcheurs (Visserslaan), l'Avenue Bortier (Bortierlaan) et l'Avenue des Dunes (à l'époque Duinenlaan, actuellement Hoge Duinenlaan), en le coloriant pour désigner le territoire comprenant les parcelles les plus grandes (d'une taille deux fois aussi importante que celles existant actuellement) destinées à la construction de villas.
L'architecte Gustave Rémy (marié à l'architecte Myriam Dumont, petite-fille d'André Dumont) avait son bureau d'architecture du côté de l'Avenue des Pêcheurs (Visserslaan). Apparemment la villa était coupée en deux car de l'autre côté (l'entrée du côté de l'Avenue des Dunes) habitait Madame Poplimond. Gustave Rémy, à ce qu'il paraît, aurait eu une maîtresse. Un jeu de mots faisait le tour à cette époque à La Panne : "Do Do Ré Mi avec madame Lévi".

   
L'Hôtel Ambassador (anciennement "Hôtel de la Poste" et ensuite "Hôtel des Mineurs") fut construit dans l'entre-deux-guerres (1929) et témoigne d'une forte influence "Art Déco". Bien entretenu. L'entrée modernisée n'est pas dérangeante

A gauche une photo unique, réalisée par Léon Ottenheim, du Boulevard de Dunkerque montrant au centre la villa "Chantecler" à l'angle de la Rue des Oyats (Halmenstraat).
A droite une photo de l'atelier de Benjamin Dumont au bout du Boulevard de Dunkerque, réalisée par le même photographe (approximativement à l'endroit où se situe actuellement une centrale de vente de boissons, aménagée il y a quelques années dans l'ancien "Garage Royal").
Pour le texte LISEZ>>>

1/3/08